Échange de chaleur

Échange de chaleur et ensemble lamelle/lamelle coulissante
Breveté en 1959, ce chauffage de grande capacité était doté d’ailettes courbes plus légères, avec des ailettes mâles et femelles réunies.
Avant la présente invention, le rayonnement des tubes à ailettes était souvent déformé par la manipulation lors de l’installation, ce qui réduisait le rendement thermique. Le fait de rendre les ailettes individuelles plus épaisses et plus rigides a permis de résister aux déformations, mais a également rendu les rayonnements plus difficiles à manipuler et a donc entraîné un traitement sévère. Les lourdes ailettes présentaient également des bords tranchants ou rugueux en raison du processus de fabrication, ce qui constituait un danger pour l’installateur. Un autre inconvénient était l’effet “Friday”, qui est une vibration causée par les changements de température.
Le concept de bande d’échange thermique a permis de surmonter ces inconvénients en utilisant une conception de bandes interconnectées et des bandes tactiles. Une fois assemblés, ces ailerons se soutenaient les uns les autres pour augmenter leur résistance. Par conséquent, les ailerons individuels peuvent être fabriqués dans un matériau plus léger sans compromettre la durabilité.
Il en résulte un meilleur transfert de chaleur, qui est renforcé par l’effet de pile dû au contact latéral des ailettes. Le matériau plus léger des ailettes permet également de chauffer plus rapidement les locaux. En outre, les ailerons n’avaient pas de coins ou d’arêtes, ce qui les rendait moins susceptibles de causer des blessures. Enfin, leur disposition leur permettait de maintenir un contact continu, éliminant l’effet de “langue”.